Lors de la constitution de l’entreprise, un certain nombre d’associés fixent librement le capital social pour certaines structures juridiques. Celui-ci désigne en quelque sorte la somme du montant des apports faits par les actionnaires ou les associés dans l’entreprise. Ces ressources sont fixées à la création et le montant minimum obligatoire est d’un euro pour la plupart des sociétés à l’exception de la société anonyme. Celles-ci ne peuvent pas être restituées aux associés ou actionnaires excepté le cas de dissolution de l’entreprise.

Généralité concernant le capital social

Le capital social constitue des ressources permettant de définir et fixer la part et les droits de tous les associés dans l’entreprise. Celui-ci offre aussi la possibilité de lancer les activités de l’entreprise en subvenant au financement de son cycle d’exploitation ou de ses premiers investissements. La somme des apports réalisés par les actionnaires permet aussi de déterminer la solidité financière d’une entreprise. Pour les clients tels que les fournisseurs, cette somme constitue une garantie conséquente. Ainsi, le capital social joue un rôle d’assurance et de stabilisateur. Il permet de limiter les fluctuations de départ et soulage la trésorerie.  

Le capital social a été décrit comme un lubrifiant qui facilite l’accomplissement des objectifs. Il permet aux actionnaires ou associés de travailler ensemble et d’accéder aux avantages des relations sociales. Celui-ci permet à une société de fonctionner efficacement. Le capital social peut aussi faire référence à la cohérence culturelle et sociale interne d’une entreprise. En tant que tel, celui-ci fait fonction de ciment. Avoir un bon capital social aide pour le crédit et pour les sociétés ou organisation, le capital social est fondamental à leur existence et à leur efficacité. Il facilite la coopération.

Le rôle et l’importance du capital social

Les ressources apportées par les actionnaires vont exercer une influence sur la répartition des pouvoirs et des droits dans la société pour les actionnaires ou les associés. Cette répartition se fait selon la participation de chaque associé dans ce capital. Pourtant, les actionnaires ont la possibilité de prendre une décision s’ils veulent des répartitions.

Le capital social peut aussi servir de garantie considérable pour les préteurs ou les créanciers. En situation de problèmes liés à la trésorerie, les investisseurs ont le droit de saisir la valeur de tous les biens fournis qui appartiennent au patrimoine social. Cependant, leurs droits peuvent dépendre de la forme juridique de la société. La saisie est uniquement sur la somme des apports donnés par les actionnaires pour ce qui est de la société à responsabilité limitée. Cela assure la protection des biens personnels du dirigeant. Ceux-ci ne sont pas protégés en ce qui concerne la société à responsabilité illimitée. Donc, les créanciers peuvent saisir les biens personnels sauf les résidences principales qui restent protégées.

Le capital social sert aussi d’outil de financement d’une entreprise. Il offre la possibilité à une société de lancer son activité sereinement et lui permet de s’adapter à ce lancement. Parfois, il est fortement recommandé de constituer des ressources assez importantes pour assurer l’optimisation du lancement. Ainsi, le capital social constitue un gage de sécurité et de confiance.

L’importance d’un capital social pour une société